Les risques et conséquences de travailler sans avoir signé de contrat

Travailler sans avoir signé de contrat comporte de nombreux risques et conséquences pour l'employé comme pour l'employeur. Cet article détaille les aspects légaux et pratiques liés à cette situation délicate.

Qu'est-ce qu'un contrat de travail ?

Le contrat de travail est un document essentiel qui régit la relation professionnelle entre un employeur et un salarié. Il définit les droits et obligations de chacune des parties, ainsi que les conditions dans lesquelles le travail sera effectué. Comprendre ce qu'est un contrat de travail, ses éléments constitutifs et son importance est primordial pour tout salarié.

Définition et éléments constitutifs d'un contrat de travail

Selon le Code du travail, un contrat de travail est caractérisé par trois éléments indispensables :
  • La prestation de travail : le salarié s'engage à effectuer un travail pour l'employeur
  • La rémunération : en contrepartie de ce travail, l'employeur verse un salaire au salarié
  • Le lien de subordination : le salarié est placé sous l'autorité de l'employeur qui lui donne des directives et contrôle l'exécution de son travail
Le contrat de travail peut être écrit ou oral. Cependant, certains types de contrats, comme le CDD ou le contrat à temps partiel, doivent obligatoirement être écrits. Dans tous les cas, même en l'absence d'écrit, l'existence d'un contrat de travail peut être prouvée par tous moyens (bulletins de salaire, témoignages, etc.).

Les différentes clauses d'un contrat de travail

Un contrat de travail peut comporter diverses clauses qui précisent les conditions d'emploi du salarié. Parmi les plus courantes, on trouve :
  • La durée du travail : temps plein ou partiel, horaires, heures supplémentaires, etc.
  • La rémunération : montant du salaire, primes, avantages en nature, etc.
  • Les congés : congés payés, congés spéciaux (maternité, paternité, etc.)
  • La période d'essai : durée pendant laquelle chaque partie peut rompre le contrat sans motif ni préavis
  • Les missions et responsabilités du salarié
  • Le lieu de travail
  • Les clauses particulières : mobilité, non-concurrence, confidentialité, etc.
Par exemple, un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) à temps plein pour un poste de commercial peut prévoir un salaire fixe de 2000 € brut par mois, plus une commission de 5% sur les ventes réalisées. Il peut également inclure une clause de mobilité obligeant le salarié à accepter tout changement de lieu de travail dans un rayon de 50 km.

L'importance du contrat de travail

Le contrat de travail est un document protecteur pour le salarié. Il lui garantit un certain nombre de droits (salaire minimum, congés payés, protection sociale, etc.) et encadre le pouvoir de l'employeur. Tout ce qui est écrit dans le contrat s'impose aux deux parties qui doivent le respecter. En cas de litige, le contrat servira de base pour trancher le différend. C'est pourquoi il est essentiel pour le salarié de bien lire et comprendre son contrat avant de le signer, et d'en conserver un exemplaire. En l'absence de contrat écrit, il sera plus difficile pour le salarié de faire valoir ses droits. Le contrat de travail joue donc un rôle central dans la relation de travail. C'est un véritable outil de sécurisation et de clarification qui permet à l'employeur et au salarié de s'engager en connaissance de cause. Bien rédigé, il contribue à instaurer une relation de confiance et à prévenir les conflits.

Travailler sans contrat signé : avantages et inconvénients pour l'employé

Travailler sans avoir signé de contrat de travail peut présenter certains avantages pour l'employé, mais comporte également des risques et inconvénients non négligeables. Si l'absence d'engagement formel peut procurer une sensation de liberté, elle prive aussi le salarié de nombreuses garanties et protections essentielles.

Une liberté de démission sans préavis

L'un des principaux avantages pour un employé de travailler sans contrat signé est l'absence d'engagement formel vis-à-vis de l'employeur. Cela signifie concrètement que le salarié peut décider de quitter son poste à tout moment, sans avoir à respecter de période de préavis. Cette flexibilité peut être appréciable si l'on souhaite changer rapidement d'emploi ou saisir une opportunité professionnelle intéressante. Cependant, il faut garder à l'esprit que cette liberté fonctionne dans les deux sens. L'employeur peut lui aussi mettre fin à la collaboration sans préavis ni justification. L'employé se retrouve donc dans une situation précaire, sans visibilité sur la durée de son contrat ni garantie de stabilité.

Des droits et avantages limités

En l'absence de contrat de travail, l'employé ne bénéficie pas de nombreux droits et avantages accordés par le code du travail et les conventions collectives :
  • Pas de droit aux congés payés, RTT, jours fériés chômés
  • Pas de couverture prévoyance, mutuelle, retraite complémentaire
  • Pas d'indemnités de licenciement ni de préavis en cas de rupture du contrat
  • Pas d'accès aux primes, intéressement, participation
  • Pas de représentation ni de protection syndicale
De plus, sans bulletin de salaire ni contrat de travail, il est très difficile pour l'employé d'obtenir un crédit immobilier ou à la consommation. Les banques exigent en effet des garanties et justificatifs de revenus stables pour accorder un prêt.

Le risque permanent du licenciement abusif

Comme évoqué précédemment, travailler sans contrat signé expose l'employé au risque d'être licencié du jour au lendemain, sans motif ni indemnités. Selon une étude de la DARES, ce sont ainsi près de 200 000 salariés qui se retrouvent chaque année victimes d'un licenciement abusif en France, faute de contrat en bonne et due forme.
Sans contrat de travail, du jour au lendemain, je me suis retrouvé à la porte, après 2 ans dans la boîte. Pas d'indemnités, pas de préavis, rien. J'ai dû me débrouiller pour retrouver un job en catastrophe. Témoignage d'un salarié licencié abusivement
En cas de litige avec l'employeur, le salarié sans contrat se retrouve également démuni pour faire valoir ses droits aux prud'hommes. Sans trace écrite de la relation de travail ni bulletin de paie, il est quasiment impossible de prouver son ancienneté ou ses heures travaillées et d'obtenir gain de cause. Si travailler sans contrat signé peut sembler tentant pour la liberté et la souplesse que cela procure, les risques et inconvénients pour l'employé sont bien trop importants. Mieux vaut toujours exiger un contrat de travail en bonne et due forme avant de s'engager auprès d'un employeur, afin de bénéficier de tous ses droits et d'une sécurité professionnelle minimale.

Les risques légaux pour l'employeur en l'absence de contrat signé

En l'absence de contrat de travail signé, l'employeur s'expose à de nombreux risques sur le plan légal. Bien que la signature d'un contrat écrit ne soit pas obligatoire pour tous les types de contrats, ne pas en établir un peut entraîner de lourdes conséquences pour l'entreprise en cas de contrôle ou de litige avec le salarié.

Des sanctions financières et pénales en cas d'inspection du travail

Lors d'une inspection du travail, si l'inspecteur constate qu'un salarié travaille sans contrat écrit alors que celui-ci est obligatoire, l'employeur encourt des sanctions :
  • Une amende de 1 500 € pour un contrat à temps partiel ou intermittent sans contrat écrit
  • Une amende de 3 750 € pour un CDD ou un contrat de travail temporaire sans contrat écrit (pouvant aller jusqu'à 7 500 € en cas de récidive)
Dans les cas les plus graves de travail dissimulé, l'employeur risque une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 3 ans, en plus de lourdes amendes.

Un risque de requalification du contrat en CDI

Sans contrat écrit, le salarié peut saisir le conseil de prud'hommes pour demander la requalification de son contrat en CDI à temps plein. En l'absence d'écrit, le contrat est présumé être un CDI. Le salarié peut aussi réclamer une indemnité pouvant aller jusqu'à un mois de salaire.

Le non-respect des obligations légales de l'employeur

L'employeur a l'obligation d'effectuer une déclaration préalable à l'embauche (DPAE) auprès de l'URSSAF, et ce pour tout salarié. Ne pas le faire constitue une infraction passible de sanctions. Il doit aussi remettre un bulletin de paie chaque mois, même sans contrat.

Rappel des délais pour la signature du contrat

Si un contrat écrit est obligatoire, l'employeur doit le faire signer au salarié dans certains délais :
Type de contrat Délai pour faire signer le contrat
CDD, contrat de travail temporaire Au plus tard dans les 2 jours ouvrables suivant l'embauche
Contrat à temps partiel Avant la prise de poste
CDI intermittent Avant la prise de poste
En cas de non-respect de ces délais, l'employeur s'expose là encore à des sanctions financières et au risque de requalification du contrat. Il est donc crucial de sécuriser la relation de travail en établissant un contrat en bonne et due forme, et de respecter ses obligations légales en tant qu'employeur.

Comment régulariser une situation de travail sans contrat signé

Rédiger et signer un contrat de travail dans les plus brefs délais

La première étape pour régulariser une situation de travail sans contrat signé est de rédiger et faire signer un contrat de travail écrit. Ce document est obligatoire pour certains types de contrats comme les CDD, les contrats à temps partiel ou encore les contrats d'intérim. Même s'il n'est pas obligatoire pour un CDI à temps plein, il est fortement recommandé d'en établir un. Le contrat de travail doit mentionner les éléments essentiels de la relation de travail :
  • L'identité des parties
  • Le poste occupé et les missions confiées
  • La date de début du contrat
  • La durée du travail
  • La rémunération
  • Le lieu de travail
  • La convention collective applicable
Une fois rédigé, le contrat doit être signé en deux exemplaires par l'employeur et le salarié. Chaque partie en conserve un exemplaire.

Effectuer les démarches administratives obligatoires

L'employeur doit ensuite procéder aux formalités administratives liées à l'embauche :
  • La déclaration préalable à l'embauche (DPAE) auprès de l'URSSAF, à effectuer au plus tôt 8 jours avant l'embauche et au plus tard juste avant la prise de poste
  • L'inscription du salarié sur le registre du personnel
  • La visite médicale d'information et de prévention
  • L'affiliation à la complémentaire santé et à la prévoyance
Ces formalités permettent de déclarer officiellement l'embauche du salarié et de lui ouvrir des droits sociaux (assurance maladie, retraite, etc.).

Établir les bulletins de salaire

L'employeur doit fournir chaque mois au salarié un bulletin de salaire qui récapitule les éléments de rémunération (salaire brut, cotisations sociales, salaire net). C'est un document obligatoire qui doit être conservé par le salarié sans limitation de durée. Si des bulletins de salaire n'ont pas été remis pour les mois précédant la régularisation, l'employeur doit les établir rétroactivement. Il devra régulariser les cotisations sociales auprès des organismes concernés (URSSAF, caisses de retraite, etc.).

Conseils pour les employeurs et salariés

Pour l'employeur, il est important d'établir un contrat dès l'embauche du salarié pour encadrer la relation de travail et se prémunir de tout contentieux. Les sanctions en cas de travail dissimulé sont lourdes (amendes de plusieurs milliers d'euros et peines de prison). Côté salarié, il ne faut pas hésiter à réclamer un contrat écrit et des bulletins de salaire en bonne et due forme. En cas de conflit avec l'employeur, ces documents permettront de faire valoir ses droits. Un salarié peut aussi saisir le conseil de prud'hommes pour faire requalifier son contrat en CDI.
"Trop de particuliers emploient encore du personnel sans contrat ni déclaration, par méconnaissance des risques encourus. Il faut vraiment insister sur l'importance d'établir un contrat de travail pour chaque employé, même à temps partiel." Maître Dupond, avocat en droit du travail
En suivant ces étapes et en respectant ses obligations, un employeur peut facilement régulariser une situation de travail non déclarée. Cela apportera une sécurité juridique et évitera bien des problèmes ! Au final, il est primordial pour les employeurs comme pour les employés de régulariser rapidement une situation de travail sans contrat signé, ne serait-ce que pour se prémunir des lourdes sanctions et amendes prévues par la loi. La signature d'un contrat de travail, même a posteriori, permettra de sécuriser juridiquement la relation de travail et d'éviter tout litige futur.
Comment arrêter son auto entreprise sans frais ?
Qu’est-ce que la GPEC ?

Plan du site